Flaques

2002 - 2006

« Esthétique de la flaque »

 

Je pince des plis en dessinant les bords des pétales. Puis j’inonde ma toile de peinture liquide qui glisse sur les pentes et s’accumule dans les creux. De ce filet à capter quelque chose de la Rose j’attends une surprise qui ressemble au regard du voyeur à travers les persiennes.

A un moment sont apparues  les « flaques » et les traces qu’elles déposent ; puis, j’ai cherché un sujet. C’est ainsi que dans l’écriture donnée par les plis, un jour, j’ai fait entrer les Roses. Elles s’y sont installées par aimantation.

Quand je regarde intensément une Rose, elle me submerge. Le travail pictural capture cette sensation. A la fin du combat, la Rose est « prise » dans la toile. Peindre s’arrête ; l’inquiétude du séchage commence et tout finit par le verdict du mur, à la verticale.

Peut-être est-ce une peinture de paresseuse curieuse, qui regarde faire plutôt qu’elle ne fait.

Mais en arrière, il y a une urgence.

R.Pia   (6 septembre 2005)