Paris, Galerie 6mandel

2009

"...Les sous-bois du Haut Forez sont durs et austères. On croit les apprivoiser, mais sans cesse ils se renouvellent et échappent.C’est à force de croquis sur nature que de grandes peintures finissent par surgir.
La toile, plissée au rythme des troncs, s’étale sur le sol pour recevoir la peinture. Le liquide glisse sur les pentes et s’accumule en flaques dans les creux. Des petites mares et des rigoles cherchent à se répandre.
Le jeu consiste à contrarier, accompagner, précipiter ou alanguir ces mouvements.
Risque-tout, quitte ou double mais aussi, parfois, qui perd gagne…
l’eau colorée nargue le peintre en inventant d’autres « gestes » pour d’autres résultats.

 Raphaëlle Pia, septembre 2008

"...A deux pas du Trocadéro, poussez la porte d’un jardinet sophistiqué au pied d’un curieux et charmant hôtel particulier néo-gothique, qu'à l'occasion d'une double exposition, vous pouvez visiter.
Après les images désespérantes de la forêt des Landes, il est bon de se ressourcer dans les sous-bois du Haut-Forez, source d'inspiration de Raphaëlle Pia : ces toiles aux couleurs délicieusement contrastées, expriment la fluidité, le mouvement, le mystère de l'univers du peintre, qui utilise une technique originale de pliage de la toile humidifiée.

Almanart, 2009